France-Louisiane fête ses 40 ans

40th birthday party in October

France-Louisiane célèbre son 40° anniversaire dans un lieu remarquable le vendredi 20 octobre 2017 de 18 à 21 h, 2 rue St Florentin, Paris 1er.  Soirée réservée aux adhérents et invités France-Louisiane.  Suivez l’actualité du programme sur notre page Facebook https://www.facebook.com/FranceLouisiane/

Pour cette célébration exceptionnelle nous vous proposons diverses activités, culturelles, musicales, gastronomiques et avant tout festives, comme à la Nouvelle-Orléans et en pays Cajun où l’on sait si bien « laisser les bons temps rouler ».   Cette soirée se passera à l’Hôtel de Talleyrand, un site marqué par l’Histoire, qui donne sur la place de la Concorde. il fut construit au 18° siècle pour Louis Phélypeaux, l’un des personnages les plus influents du règne de Louis XV. L’hôtel fut acheté par le gouvernement américain en 1947 qui a bien voulu nous prêter le premier étage de ce lieu prestigieux pour fêter le 40ème anniversaire de France-Louisiane.

Dès 18 h, vous serez accueillis en fanfare par le Nola French Connection Brass Band, formation de cuivres qui recrée le style si particulier des orchestres de rue de la Cité du croissant. En cheminant dans les salons historiques vous y rencontrerez le groupe Bélisaire avec accordéon, violon, guitare, ’tit fer et frottoir qui interprétera valses et two step du répertoire cajun. Un parcours artistique exceptionnel vous y attendra avec deux expositions : celle du photographe Bernard Hermann (qui sera présent) sur les quartiers noirs de la la Nouvelle-Orléans saisis durant les années 80 et celle, collective et picturale, de la Slow Galerie parisienne qui a demandé à de jeunes artistes français de plancher sur le thème « New Orleans, la flamboyante ».

Après le (bref) discours de bienvenue du Président de France-Louisiane, vous aurez l’occasion de vous restaurer au buffet consacré à la fameuse gastronomie louisianaise et de découvrir des cocktails spécialement créées pour l’occasion par deux bars louisianais de Paris : Bâton Rouge et Lulu White. Cocktails que vous dégusterez en écoutant la prestation du « piano professor » et chanteur Victor Adélaïde qui retracera les grandes traditions jazzistes pianistiques de la Nouvelle-Orléans de Jelly Roll Morton à Fats Domino. Et c’est bien sûr en musique que se terminera cette soirée avec un joyeux défilé masqué, d’abord à la manière des Mardi Gras du pays cajun, puis, mené, par le Brass Band, dans la tradition carnavalesque de Nola.

The France-Louisiane Association celebrates its 40th birthday in an exceptional location on Friday October 20th, 18-21h, 2 rue St Florentin, Paris 1er.  This event is open to France-Louisiane Association members and invited guests.  You can get regular updates on the event via our Facebook page https://www.facebook.com/FranceLouisiane/

For this exceptional event, we are organizing a range of activities: cultural, musical, food & drink in a true party atmosphere like you can find in New Orleans or Acadiana where they really know how to “let the good times roll”.  The evening will take place in the Hôtel de Talleyrand, a historical site on the Place de la Concorde.  The Hôtel was build in the 18th century by Louis Phélypeaux, one of the most influential people during Louis XV’s reign and whose family gave the name to New Orleans’ Lake Pontchartrain.  The United States government, which purchased the property in 1947, has generously provided the dirst floor of this impressive building for our 40th birthday celebrations.

Starting at 18h, guests will be welcomed by the Nola French Connection Brass Band, a joyful group that masters the sounds of the Crescent City’s many parading bands.  As participants move through the historic rooms, they will discover the Bélisaire Cajun band with accordions, violins, guitars, washboards and Tit-fer (triangle) and enjoy waltzes and two steps dances.  A unique visual arts experience experience will also stimulate the senses, with the photos of Bernard Hermann (who will be present) on New Orleans’ African-American neighborhoods and a selection of works by young French graphical artists on the theme of “Flamboyant New Orleans” from Paris’ SLOW Galerie.

After a (short) speech of France-Louisiane’s president, participants will have the opportunity to enjoy a Louisiana buffet and discover classic New Orleans cocktails as well as new creations thanks to the Lulu White and Baton Rouge bars.  Victor Adélaïde, a signer and « piano professor », will create unforgettable moments as he performs a wide range of New Orleans piano styles ranging from Jelly Roll Morton to Fats Domino.  The evening will also see participants enjoying both Cajun-style and New Orleans-style Mardi Gras traditions.   A New Orleans “second line” parade with costumed leaders will mark the end of the evening’s festivities with everyone taking part in a joyous New Orleans style procession out of the Hôtel de Talleyrand and into the Parisian evening.

 

 

La Louisiane au cinéma

Louisiana on the big screen

Quel est votre film préféré tourné en Louisiane?  Bayous, pirates, vie de plantation, esclavage, aventuriers, naissance du jazz, Storyville, Bourbon Street… La Louisiane constitue une inépuisable source d’inspiration pour le cinéma. Inspirés par le Historic New Orleans Collection qui a présenté une exposition en 2014 sur ce thème, voici notre sélection  d’affiches et d’images de films tournés en Louisiane ou censés s’y dérouler.

Ce premier article porte des débuts du cinéma jusqu’aux années 50.  Les deux prochains articles porteront sur les fictions des années 60 à nos jours  puis sur les films documentaires.

1916 – Pour commencer, une curiosité: Tarzan of the Apes. Il y a cent ans cette année, Hollywood est allé tourner sa première version de Tarzan censée se dérouler en Afrique dans les bayous autour de Morgan City.

1929.  Evangeline.  L’adaptation filmée, et muette, du poème de Longfellow contant la déportation des Acadiens fut tournée -pour ce qui concerne le volet louisianais de l’histoire- près de Saint Martinville.

1938.  L’Insoumise.  La réponse » louisianaise » à Autant en Emporte le Vent » (qui se déroule en Georgie) avec, là encore, un très beau portrait de femme insoumise.

1938. The Buccaneer.  Le pirate Jean Lafitte en son royaume de Barataria vu par Cecil B. de Mille.

1941.  La Belle Ensorceleuse.  Une comédie réalisée par René Clair avec Marlène Dietrich dans le rôle d’un aventurière vers 1860. Entièrement tourné en studio à Hollywood.

Bette Davis, l’Insoumise

1941. The Birth of the Blues.  L’un des premiers films de fiction sur le jazz, vaguement basé sur l’histoire de Nick la Rocca, fondateur de l’Original Dixieland Jazz Band, interprété par Bing Crosby.

1943.  Dixie.  Encore Bing Crosby, cette fois dans l’histoire d’un compositeur qui tente de percer à la Nouvelle Orléans mais refuse de vendre son chef- d’oeuvre « Dixie ».

1947. New Orleans. La fermeture du quartier réservé de Storyville constitue l’arrière plan de ce film parsemé de merveilleux instants jazzistiques avec Louis Armstrong et Billy Holliday parmi d’autres.

1949. Notre Louisiane.  Le classique et poétique  « faux documentaire » de Robert Flaherty tourné à Catahoula et Avery Island. On y entend pour la première fois du français cajun à l’écran.

1950. The Toast of New Orleans. Mario Lanza en pêcheur cajun qui devient une star de l’opéra. Un sommet du kitsch.

1951. Un Tramway Nommé Désir.  Adaptation filmée de la pièce de Tennessee  Williams et un rôle célèbre pour Marlon Brando.

1955. New Orleans Uncensored. L’un des premiers polars tourné à la Nouvelle-Orléans.

1957.  L’Esclave Libre. Une jeune femme de la bonne société  sudiste voit son univers s’écrouler lorsque  elle découvre que sa mère est noire.

1958. New Orleans After Dark. Toujours la mauvaise réputation de la ville comme cité du vice dans cet autre polar des années 50.

1958. Bagarres au King Creole, Elvis en chanteur de night club aux prises avec la mafia locale.  La chanson « Crawfish » donne lieu à une très jolie séquence tournée sur Royal Street.

Pour une liste plus complète de films traitant de la Louisiane et/ou tournés en Louisiane et disponibles en français, vous pouvez consulter le répertoire « DVD Films Louisiane » développé par l’Association France-Louisiane.

What is your favorite film « made in Louisiana »? Swamps, bayous, pirates, plantation life, slavery, birth of  jazz, Storyville, Bourbon Street… Louisiana is a treasure trove of subjects for the silver screen.

Inspired by the 2014 exhibition of Louisiana films memorabilia organized by the Historic New Orleans Collection, here is our selection of posters and other images of films shot (or supposedly shot) in Louisiana. The first part  of our series starts from beginnings to the ’50’s. Our second article will cover from the ’60’s to the present and the final article will focus on documentaries.

1916. Tarzan of the Apes.  To start with, a curiosity.  100 years ago this year, Hollywood made its first Tarzan’ movie shot in the swamps and bayous near Morgan City.

1929. Evangeline.  The Louisiana part of this silent adaptation of Longfellow’s saga was shot around Saint Martinville.

1938. Jezebel.   The « greatest romance of the South » and Louisiana’s answer to Gone With the Wind with Bette Davis as a fiery character.

1938.  The Buccaneer. Produced by Cecil B. de Mille.  Jean Lafitte, the pirate, in his kingdom of Barataria. From a book by Lyle Saxon.

1941.  The Flame of New Orleans.  A comedy film directed by French director René Clair and starring Marlène Dietrich as a French adventurer in the 1860’s. Entirely shot in a  Hollywood film studio.

1941. The Birth of the Blues.  One of the first fictions about the birth of jazz, loosely based on the story of Nick la Rocca, the founder of the Original Dixieland Jazz band  with Bing Crosby in the leading role.

1943. Dixie.  Bing Crosby again as a young songwriter trying to make it in New Orleans but refusing to sell his most treasured composition «Dixie ».

1947. New Orleans.  The closing down of the red light district of Storyville is the background of this film that contains wonderful jazz performances including Louis Armstrong.

1949. Louisiana Story. Robert Flaherty’s classic and poetic « faux » documentary about the « Cajun Huckleberry Finn » was shot in Catahoula and Avery Island. Cajun French was spoken for the first time on the screen.

1950. The Toast of New Orleans. Mario Lanza as a Cajun fisherman becoming an opera star. A summit of kitsch.

1951.  A Streetcar Named Desire.  The filmed adaptation of Tennessee Williams’ play and a famous role for Marlon Brando.

1955. New Orleans Uncensored.  One of the first crime films shot in New Orleans.

1957.  Band of Angels.   A privileged Southern belle sees her world falling apart when she discovers her mother is black.

1958.  New Orleans After Dark.  Once again, New Orleans portrayed as the city of vice in this crime film.

1958.  King Creole.  A night club singer, Elvis gets into trouble with the local mafia. Includes a nice sequence shot on Royal Street. around his song « Crawfish ».

For a good list of films on Louisiana and/or produced in Louisiana and available in French, take a look at the list produced by France-Louisiane  « DVD Films Louisiane ».

Text : Jean-Pierre Bruneau

Image credits:
Flame of New Orleans poster: By Universal Pictures
Tarzan of the Apes poster: By National Film Corporation [Public domain], via Wikimedia Commons
Evangeline poster: By United Artists [Public domain], via Wikimedia Commons
Main Bette Davis photo: National Board of Review Magzazine for April 1938, Volume XIII, Number 4, front cover [Public domain], via Wikimedia Commons
Other Bette Davis photo: By Photoplay Publishing Company; Warner Bros.
A Streetcar Named Desire poster: By Bill Gold and Warner Bros. [Public domain], via Wikimedia Commons
The Buccaneer poster: By Paramount Pictures
Louisiana Story poster: By Robert Flaherty Productions, Inc.
King Creole poster: By Paramount Pictures (corporate author) [Public domain], via Wikimedia Commons

By |8 avril, 2017|Categories: Lieux | Landmarks, Musique | Music, Personnalités | People|Tags: , , , |