Personnalités | People

  • Civil War and Reconstruction 2

New Orleans 300 years Panorama

Entre l’Enfer et le Paradis

11 novembre, 2017|0 Comments

photos: Robin Reynolds
Seignouret-Brulatour building photo: HNOC

Une œuvre d’art unique et interactive qui célèbre les 300 ans de la Nouvelle-Orléans bientôt exposée à Paris ?  Entretien France-Louisiane avec l’artiste Robin Reynolds.

Qu’est-ce qui vous motive dans la production de ces œuvres panoramiques complexes ?
J’ai toujours beaucoup aimé deux sujets : les gens et les immeubles. Quand ils sont combinés dans un tableau, on doit travailler à la fois à très grande échelle (2m x 1m) et sur les tous petits détails. Heureusement, j’ai la patience qu’il faut pour réussir ce type de travail. Je dessine à l’encre de chine et aquarelle avec mon nez à 10 centimètres de l’œuvre et ne vois pas vraiment l’image que quand je me recule. C’est ce résultat final qui me motive.

Quelles sont vos sources d’inspiration et en quoi vos œuvres sont-elles originales?
Je suis inspiré par la collaboration entre individus et comment elle peut générer des résultats époustouflants – ce que l’on voit dans nos villes. Une ville est le fruit de milliards d’initiatives individuelles.

Pourquoi une œuvre panoramique sur la Nouvelle-Orléans ?
En 2016, j’ai réalisé un tableau sur Londres, une version moderne de l’œuvre de Claes Janz Visscher (1616). Ce projet m’a motivé à considérer d’autres villes dont Istanbul, le Vatican, Sydney et Vancouver. Quelqu’un m’a suggéré la Nouvelle-Orléans mais cela ne me tentait pas : dans mon ignorance je pensais que l’ouragan Katrina avait tout détruit. Une visite en janvier 2016 m’a fait rapidement changer d’avis. Les conseils d’historiens locaux comme Sarah […]

  • In the Electric Mist poster

La Louisiane au cinéma 2

Louisiana on the big screen 2

20 mai, 2017|0 Comments

A partir des années 60, Hollywood sort des studios et privilégie les décors naturels, ce dont profite la Louisiane.  L’ architecture unique de  la Nouvelle-Orléans attire notamment deux films censés se dérouler durant la Grande Dépression,  The Cincinnati Kid (1965) de Norman Jewison avec Steve McQueen qui se déroule dans le milieu du jeu et Hard Times (Le Bagarreur, 1975) de Walter Hill avec Charles Bronson, dans l’univers de la boxe et des combats clandestins.

Ce nouveau naturalisme concerne aussi la population noire, jusque là rarement dépeinte. Ainsi, Martin Ritt réalise Sounder (1972), chronique familiale et rurale avec Cicely Tyson sur la musique de Taj Mahal tandis que Gordon Parks évoque la vie d’un célèbre bluesman avec Leadbelly (1976).

Ode à la liberté, énorme succès au box office Easy Rider (1969) de Dennis Hopper se termine (mal) en Louisiane. Autre représentant de la contre-culture, le new yorkais Jim Jarmush qui plante sa caméra dans les bayous pour son amusant Down by Law. En 1987, Jim McBride connait un beau succès avec un polar The Big Easy (Le Flic de mon coeur)  qui inspirera une série télévisée dérivée diffusée en 1996 et 1997.

Rites vaudous, loups garous, vampires et autres zombis constituent une riche matière dramatique associée à Nola, surtout depuis le succès de la romancière Anne Rice dont le Vampire Diaries  (Conversation avec un vampire) a été adapté par Neil Jordan avec Brad Pitt et Tom Cruise. Toujours dans […]

  • Flame of New Orleans

La Louisiane au cinéma

Louisiana on the big screen

8 avril, 2017|0 Comments

Quel est votre film préféré tourné en Louisiane?  Bayous, pirates, vie de plantation, esclavage, aventuriers, naissance du jazz, Storyville, Bourbon Street… La Louisiane constitue une inépuisable source d’inspiration pour le cinéma. Inspirés par le Historic New Orleans Collection qui a présenté une exposition en 2014 sur ce thème, voici notre sélection  d’affiches et d’images de films tournés en Louisiane ou censés s’y dérouler.

Ce premier article porte des débuts du cinéma jusqu’aux années 50.  Les deux prochains articles porteront sur les fictions des années 60 à nos jours  puis sur les films documentaires.

1916 – Pour commencer, une curiosité: Tarzan of the Apes. Il y a cent ans cette année, Hollywood est allé tourner sa première version de Tarzan censée se dérouler en Afrique dans les bayous autour de Morgan City.

1929.  Evangeline.  L’adaptation filmée, et muette, du poème de Longfellow contant la déportation des Acadiens fut tournée -pour ce qui concerne le volet louisianais de l’histoire- près de Saint Martinville.

1938.  L’Insoumise.  La réponse » louisianaise » à Autant en Emporte le Vent » (qui se déroule en Georgie) avec, là encore, un très beau portrait de femme insoumise.

1938. The Buccaneer.  Le pirate Jean Lafitte en son royaume de Barataria vu par Cecil B. de Mille.

1941.  La Belle Ensorceleuse.  Une comédie réalisée par René Clair avec Marlène Dietrich dans le rôle d’un aventurière vers 1860. Entièrement tourné en studio à Hollywood.

1941. The Birth of the Blues.  L’un des premiers […]

  • big-chief-keelian-cdevienne

Visages de la Nouvelle-Orléans

Painted Faces of New Orleans

22 mars, 2017|0 Comments

Exposition Visages de la Nouvelle-Orléans à Aubervilliers, 6 avril – 3 mai, 2017. Fascinée par les traditions et rites artistiques de la Nouvelle-Orléans, Clémence Devienne s’est rendue en Louisiane au mois de janvier 2017 pour rencontrer ces hommes et ces femmes qui font vibrer la ville. Au fil de ses rencontres, avec Deacon, un chanteur et musicien de Rythm‘n’ Blues, Alfred Doucette, un célèbre Mardi Gras Indian qui porte fièrement sa coiffe de 70 kilos, Anita, l’une des « Baby Dolls » qui défilent en boas à plumes et robes de satin, et tant d’autres, Clémence a voulu saisir cette énergie artistique intense qui lie les habitants à la ville.

Les séances n’étaient pas toujours une partie de plaisir pour les sujets portraitisés comme pour l’artiste : Alfred Doucette a eu bien du mal à garder la pause quand la lourdeur de sa coiffe commençait à se faire sentir. Deacon John Moore, dont Clémence Devienne a voulu immortaliser le sourire inimitable, a souffert des zygomatiques pendant une séance qui s’est terminée tard dans la nuit. Il fallait peindre le plus de gens possible dans un temps limité, s’adapter à leurs emplois du temps et peindre quand ils le pouvaient.

Les portraits, pour lesquels Clémence Devienne se déplaçait systématiquement, étaient aussi l’occasion de pénétrer dans des mondes différents. Au cours de son séjour, Clémence Devienne a peint dans un studio de musique […]

  • 743px-1890RobinsonsBandCropped

100 ans de Jazz!

100 years of Jazz!

24 février, 2017|0 Comments

100 ans de Jazz!  Le 26 février marque le 100ème anniversaire de l’enregistrement du premier disque de jazz « Livery Stable Blues » par l’Original Dixieland Jass Band mais bien sûr le jazz n’est pas né un jour particulier ni même une année précise.

Ce qui est sûr c’est qu’il est apparu -peut-être dès 1895 avec la création de l’orchestre de Buddy Bolden- dans le seul endroit où le multiculturalisme était ancré dans le tissu social : la Nouvelle-Orléans.

Quelqu’un a écrit que c’est « la rencontre de l’éclat lumineux des cuivres européens et du roulement sombre des tambours africains, de l’éclair  et du tonnerre».  Exact ! C’est aussi l’association du ragtime et du blues, des marches des premiers brass bands, de quadrilles français, de biguines antillaises combinés à quelque chose de nouveau : l’improvisation polyphonique collective avec spontanéité et vitalité et une relation particulière au tempo que l’on appelle swing.

Ferdinand « Jelly Roll » Morton, né Lamothe, a dit : Il est évident, sans contestation possible, que la Nouvelle-Orléans est le berceau du jazz » ajoutant, car il ne manquait pas d’air « et il se trouve que je l’ai inventé en 1902 »

Le jazz n’est évidemment pas une invention. Il est vivant, il grandit, il meurt, il renait, ll change. Avec lui, les gens se sentaient libres et vivants et ils ont dansé pour la naissance de cette musique américaine. Et personne ne l’a jamais aussi bien joué qu’à la Nouvelle-Orléans, ville jubilatoire par excellence.

Sunday February 26 2017 is the 100th anniversary of the recording of […]

  • Lt Gov Billy Nungesser et son député Rennie S. Buras II

Délégation Louisianaise à Paris

Louisiana Delegation in Paris

4 février, 2017|0 Comments

photos: Lieutenant-Governor Nungesser by France-Louisiane; New Orleans 300 years from 2018nola.com

La semaine du 30 janvier, une délégation louisianaise menée par le Lieutenant-Gouverneur William «Billy » Nungesser était à Paris et à Lyon pour échanger sur les célébrations planifiées pour le Tricentenaire de la fondation de la Nouvelle-Orléans par Le Moyne de Bienville, en 1718.  Ces célébrations, qui commencent déjà le dernier trimestre 2017, seront un évènement international, et l’occasion de rappeler la force des liens historiques qui unissent la France et la Louisiane.

Dans le cadre d’un programme de travail très intense, la délégation a participé aux réunions de travail avec les professionnels du tourisme, des représentants de la Ville de Paris, et bien d’autres instances.  Le Lieutenant-Gouverneur a aussi échangé avec le public à plusieurs reprises.  Une émission radio le 29 janvier sur la chaîne TSF Jazz http://www.tsfjazz.com/pop-pcast.php?id=14120 fut l’occasion de présenter le Tricentenaire, d’évoquer des liens personnels avec la France et d’inviter le public français à visiter la Louisiane.  Le 30 janvier, Billy Nungesser était l’invité de la chaine de télévision TV5 Monde https://www.youtube.com/embed/jXE9lpzbnq4. L’émission a été une belle opportunité pour les Français de découvrir cet ambassadeur enthousiaste qui expliquait que la Nouvelle-Orléans est encore plus belle et dynamique que jamais. Il louait particulièrement la résilience des populations et évoquait les investissements faits après l’ouragan Katrina.

Malgré un planning très chargé, la délégation louisianaise a pu se réunir le 1er février avec des représentants de l’Association France-Louisiane pour échanger sur les projets de l’Association liés au […]

  • Festival-International-Logo_658x370

2016 l’année Blog France-Louisiane

France-Louisiana Blog 2016 in review

27 décembre, 2016|0 Comments

Décembre est pour tous le mois des bilans, quel est celui de notre blog France Louisiane-Franco Américanie ? Nous sommes heureux de vous présenter les faits marquants de l’année 2016 et quelques perspectives pour 2017.

En 2016, notre blog a balayé une sélection d’actions qui concrétisant la culture et les échanges qui lient nos deux territoires. La musique et le cinéma bien sûr, Jean-Pierre Bruneau a pris sa plume de reporter pour raconter le 11ème Festival Cinema on the Bayou à Lafayette et du Festival international de Louisiane. Le Festival « CHANGE d’Air » et ses 10 jours louisianais dans le centre culturel de cette ville. L’arrivée en France des étudiants de Louisiana State University et le voyage des Ardennais chez leur cousins en Louisiane ont fourni d’autres sujets intéressants.

L’histoire s’est imposée au fil des expositions comme « l’événement Lafayette » cet été en Haute Loire, les Journées du patrimoine, occasion de rappeler l’aventure des Créoles louisianais à Paris, et la découverte du tableau « Seine et Mississipi » qui a intégré les collections du Petit Palais. Novembre fut l’occasion de raconter l’histoire du « Thanksgiving » si cher à nos amis américains.

Mais notre blog n’oublie pas de répondre à vos questions : conseils pour préparer un voyage en Louisiane, présentation de notre offre de conférences sur la Louisiane et quelques idées sur la cuisine avec […]

  • group-musical-change

Festival CHANGE d’AIR Louisiane

Louisiana Festival in Changé

9 décembre, 2016|0 Comments

Texte: Claire Guinchard, Centre Socioculturel François Rabelais
Photos: Centre Socioculturel François Rabelais

Porté par le Centre Socioculturel François Rabelais, situé à Changé, près du Mans, le 26e Festival CHANGE d’AIR a proposé en novembre dernier plus de 10 jours de concerts, de spectacles et d’animations autour de la Louisiane et la Nouvelle Orléans !

L’Association France-Louisiane était partenaire du Festival

« Et le public fut au rendez-vous : plus de 3650 spectateurs (dont 1500 scolaires) soit le record de fréquentation depuis que le Festival existe » se réjouit Steve Belliard, coordinateur culturel et programmateur du Festival. « Dès l’annonce du thème du Festival, en janvier nous avons senti un réel engouement pour la Louisiane ! Chacun avait en tête des images ou des sons entraînants entre le Jazz New-Orleans ou la musique Cajun. Ainsi de nombreuses soirées ont vite affichées complet, et des Ecoles Maternelles à la Maison de Retraite, les associations locales ou les habitants, c’est toute la Ville qui est partie le temps d’une semaine, le long des grands bayous de Louisiane ».

Un succès dû en grande partie à la forte participation de l’équipe d’une cinquantaine de bénévoles fortement investie dès le choix du thème du Festival en janvier, puis pour réfléchir ensemble sur l’élaboration de cette semaine thématique, puis pour décorer, accueillir le public, les artistes, les intervenants et donner ainsi au Centre Rabelais un air de Louisiane.

Ces deux semaines de Festival ont emporté le public bien loin de Changé, et ont permis de découvrir une culture Cajun méconnue, de swinguer aux rythmes du Jazz […]

  • cw_jefferys_the_order_of_good_cheer

Le tout premier Thanksgiving

First Thanksgiving!

23 novembre, 2016|0 Comments

texte: Jean-Pierre Bruneau
illustration: The Order of Good Cheer, Port Royal by C.W. Jefferys, 1925

Fête familiale américaine, célébrée le 4ème jeudi de novembre, Thanksgiving (L’action de grâce) rappelle la cérémonie de remerciement instaurée en 1621 par les pèlerins du Mayflower, pour célébrer la première récolte. Ils furent cependant précédés, 15 ans auparavant, par des colons français installés  à Port Royal, en Acadie, aujourd’hui Nouvelle-Ecosse.

Afin d’insuffler de la vie et de l’activité dans l’habitation de Port-Royal et de faire profiter les hivernants des plaisirs de la table, l’Ordre du Bon Temps fut créé par Samuel de Champlain et son entourage, notamment Poutrincourt, et le poète Marc Escarbot durant l’hiver 1606-1607.

Il est considéré par certains historiens comme l’ancêtre de Thanksgiving et comme le premier club social et gastronomique de l’Amérique (auquel furent aus

si conviés les Indiens Mi’kmaq de la région avec leur chef Membertou). Les mets cuisinés provenaient de la pêche (saumon, anguille, esturgeon, palourdes) et de la chasse (colvert, oie, perdrix, caribou, castor, loutre, ours, lapin, chat sauvange, raton laveur).

Dans ses « Voyages », Champlain a ainsi décrit les festivités  « Nous passâmes cet hiver fort joyeusement, & fîmes bonne chair, par le moyen de l’Ordre de Bon Temps que j’y établis, qu’un chacun trouva utile pour la santé, & plus profitable que toutes sortes de médecines, dont on eut pu user. Cet ordre était une chaîne que nous mettions avec quelques petites cérémonies au col d’un de nos gens, lui donnant la charge pour ce jour d’aller chasser : le lendemain on la baillait à un […]

  • bienvenu-a-jennings

Des Ardennes à la Louisiane

Ardennes to Louisiana

10 novembre, 2016|0 Comments

texte: Claude Dufeux, Responsable de la Délégation régionale de FL/FA Champagne-Ardenne

C’est une étape du jumelage entre deux villes : Jennings (LA) et Baâlons dans les Ardennes qui a fait naître ce voyage. Les Louisianais venus en France en 2013 ont à leur tour accueilli leurs « cousins » français en octobre 2016 : une trentaine d’adhérents de FL/FA à laquelle la chaîne  TF1 a délégué deux reporters de l’émission Reportages Découverte.

L’origine de ce jumelage est, il y a 133 ans, l’émigration en Louisiane où il faisait fortune dans le pétrole, du jeune ardennais Eugène Houssière. Il y fit souche et fit venir quelques compatriotes de sa région.  Voir notre article blog 2015. C’est pourquoi l’association FL/FA Champagne-Ardenne avait pour volonté d’associer les communes de Vendresse et de Bairon et ses environs – Les Alleux à ce jumelage.

Les «cousins», dont la visite est annoncé par la presse locale, sont invités à une première réception chez Sandra Houssière Patin, fille d’Ernest Arthur Houssière et Virginie Lee Hérald y ont rencontré de nombreux membres de la famille Houssière venus parfois de très loin : Texas, Californie etc…

Un moment de recueillement dans le cimetière de Jennings sur les tombes des ancêtres ardennais morts en Louisiane a précédé en soirée dans le grand jardin de Steve et Michelle Gunnell, au bord de la piscine, une dégustation de cochon de lait grillé à la mode louisianaise au son d’un orchestre cajun.

Le jour suivant, le groupe a pu visiter le bayou « Nez piqué » et partager […]

  • lion-place-de-la-republique

Créoles Louisianais à Paris

Paris: City of Refuge

17 septembre, 2016|0 Comments

main and article photos: Place de la République via wikipedia commons
main photo and article photos: Centenary students in Paris via Dana Kress

Saviez-vous que la Place de La République fait partie des nombreux lieux qui relient la France, Paris et la Louisiane? Pendant les journées du patrimoine 2016 (17-18 septembre), des milliers de personnes visiteront des sites autour de la Place de la République. Nous vous invitons à vous arrêter un instant et à (re)découvrir un élément du patrimoine important dans l’histoire de ce peuple créole venu trouver refuge en France à travers l’histoire de quelques uns d’entre eux.

Le professeur Dana Kress du Centenary College (Shreveport, Louisiane) donne chaque année un cours à Paris pour des étudiants louisianais dans le cadre du programme Centenary in Paris intitulé « Paris noir: l’Amérique noire dans la Ville Lumière». Ses étudiants découvrent l’importance de la France pour les gens de couleur libres,  francophones et francophiles, qui vivaient principalement à la Nouvelle-Orléans, entre le monde des blancs et celui des esclaves.

Après la vente de la Louisiane en 1802, les gens de couleur libres ont perdu un statut légal qui existait depuis la promulgation du Code noir de 1724, un édit du roi Louis XIV pour les esclaves en Louisiane.  En article 54 on peut lire: Octroyons aux affranchis les mêmes droits, privilèges et immunités dont jouissent les personnes nées libres ». Or après 1802, les gens de couleur libres étaient progressivement privés de leurs droits. En 1830, ils n’avaient plus le droit de témoigner contre un blanc.  En 1855, ils ne pouvaient pas […]

  • AFFICHE-LAFAYETTE-2016

Evénement Lafayette

Major Lafayette exhibition

30 juillet, 2016|0 Comments

photos of exhibition and chateau by Conseil Général de Haute-Loire
photo of painting of Lafayette and Washington by Wikipedia Commons

« Lafayette : L’intime et la légende », une exposition événement exceptionnelle (4 juillet au 25 septembre), présenté par le Conseil Général de Haute-Loire à l’Hôtel du Département au Puy-en- Velay,  Une découverte de la vie engagée et pour le moins aventureuse de cet enfant du pays.

Lafayette est né à Chavaniac, voilà bientôt 260 ans. Il a eu un rôle déterminant lors de l’indépendance des Etats-Unis et de la  Révolution française.  Il faut citer son rôle décisif dans la constitution de la démocratie américaine, la convocation des Etats généraux de 1789, la création du drapeau tricolore, la proclamation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, et la suppression de l’esclavage.

Présentée sous la forme inédite de dix pavillons retraçant les grandes étapes de la vie du héros des deux Mondes, cette exposition à découvrir en famille, permet de mieux connaître le personnage de Lafayette et d’entrer dans son intimité à travers plus de 100 objets personnels et intimes.

Exceptionnelle par la rareté et la préciosité des œuvres exposées et prêtées par les plus grands musées, cette exposition unique pourra se poursuivre, grâce à un pass au tarif réduit, par la visite du Château de Chavaniac Lafayette, maison natale du Marquis et propriété du Conseil général.  Pour en savoir plus sur l’exposition et la visite du château, voir http://www.auvergnevacances.com/manifestation/exposition-lafayette-l-enfant-de-la-haute-loire-l-intime-et-la-legende-fmaauv043v504c02/

Le souvenir de cet humaniste éclairé reste vif : aux USA,  5 comtés et 15 […]

  • Larroque_Edwards (1)

CODOFIL allie langue & emplois

Boosts French in Louisiana

4 juin, 2016|0 Comments

photos by CODOFIL, French Consulate in New Orleans

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le nombre de personnes parlant français en Louisiane avait chuté avec la disparition des anciennes générations, les jeunes ne parlant plus que l’anglais.  Face à ce constat, le député louisianais James Domengeaux initie le CODOFIL, créé en 1968 par l’Acte législatif n° 409 de la législature louisianaise pour : « faire tout ce qui est nécessaire pour encourager le développement, l’utilisation et la préservation du français tel qu’il existe en Louisiane pour le plus grand bien culturel, économique et touristique pour l’État».  Le CODOFIL http://www.crt.state.la.us/cultural-development/codofil/index est une agence de l’État dont le siège social est à Lafayette.

Le codofil_logo_smallCODOFIL (Konséy pou Dévelopmen di françé en Lwizyàn en créole et Council for the Development of French in Louisiana, en anglais) intervient avec des bourses, l’éducation en français, et d’autres programmes. Il développe de larges et fructueux partenariats avec les universités de Louisiane, celles francophones du Canada ainsi que l’Alliance française de La Fayette et de la Nouvelle Orléans. Des partenariats sont aussi développés avec les entreprises qui utilisent le français dans leurs pratiques : menus, employés parlant le français par exemple. Le recensement de 2000 dénombre 198 784 francophones louisianais de plus de cinq ans dont 4 470 parlant le créole louisianais.

Le CODOFIL est très dynamique.  Quelques exemples d’actions récents : Le CODOFIL a facilité une entente bilatérale entre l’Assemblée Nationale du Québec et la Législature de la Louisiane.  Autres actions : le […]

  • Festival-International-Logo_658x370

Festival International de Louisiane

Lafayette is rocking!

22 avril, 2016|0 Comments

Photos from Festival International de Louisiane

article by Jean-Pierre Bruneau

Le Festival International de Louisiane http://festivalinternational.org/?lang=fr qui se tient à Lafayette en plein-air chaque dernier week-end complet d’avril est l’événement artistique francophone majeur des Etats-Unis. Entièrement gratuit, il célèbre l’héritage culturel du sud de la Louisiane où se font sentir des influences françaises, africaines, caribéennes et hispaniques. En 2015, 400 000 spectateurs y assistèrent et cette année il regroupe sur six scènes, 60 artistes ou groupes des USA (dont beaucoup de locaux), du Canada, d’Amérique du Sud et bien sûr du monde francophone dont le chanteur Charlélie Couture (de Nancy), le groupe  Lo’Jo (d’Angers), la fanfare Tarace Boulba (de Montreuil), le percussionniste Dédé Saint Prix (de Martinique), les chanteurs Alpha Blondy (de Côte d’Ivoire), Daby Touré (de Mauritanie), Degrès (de Guadeloupe), sans oublier le retour de la formation des Tambours du Burundi qui fascina les spectateurs du premier festival international, Il y a trente ans.

Trois des personnalités fondatrices de l’événement se souviennent et témoignent : pour Philippe Gustin, qui dirigeait alors le CODOFIL (Conseil pour le développement du Français en Louisiane) « il s’agissait de créer une sorte de « grand-messe » culturelle, musicale et francophone, rassemblant toutes nos ressources afin de présenter des spectacles dans les meilleures conditions techniques et dans un environnement urbain ».  Président fondateur du festival, Herman Mhire pensait que « l’organisation d’un événement de classe mondiale offrait le potentiel pour positiver l’état d’esprit de notre communauté, inspirer et éduquer nos concitoyens et servir au développement économique par le biais du tourisme culturel. » Enfin, Phil Lank estime que « cette réussite doit beaucoup au soutien de l’ACCT (Agence de […]

  • Visting Oak Alley

2015 l’année Blog France-Louisiane

2015 Blog Highlights

16 janvier, 2016|0 Comments

Lancé en avril 2015, l’objectif du blog de l’association France-Louisiane Franco-Américanie (FL/FA) est de rassembler les français passionnés de Louisiane et les Américains francophiles autour de centres d’intérêts communs et conformes aux objectifs de l’association : les échanges culturels et amicaux entre ces deux territoires et la francophonie en Amérique du Nord. Très vite et grâce à nos conseillers tant en France qu’en Louisiane, le blog reflète la vitalité des échanges culturels France – Louisiane.  Nous sommes heureux de vous présenter les faits marquants de l’année 2015 et des perspectives pour 2016.

L’année 2015 fût très riche : Un spectacle amérindien jazz Greyhawk Perkins et le Mezcal Jazz Unit au Mona Bismarck American Center en janvier, un prix de l’Académie Française au poète louisianais Kirby Jambon pour son oeuvre Petites Communions en février, la visite des groupes d’étudiants louisianais de Louisiana State University  et du Centenary College et la publication de plusieurs livres et albums dont  Les sources du zydeco et Lead Belly’s Gold ont tous fourni des sujets passionnants pour notre Blog.

Le blog nous a aussi permis de partager quelques contributions de l’association FL/FA à ces échanges culturels.  En plus des conférences sur la Louisiane ou la musique proposées par les conférenciers FL/FA, nous avons pu applaudir en février Bryan Hymmel , ténor néo-orléanais, lors de sa visite à Paris pour lancer son nouvel album Héroïque en janvier, célébrer le don du fonds documentaire FL/FA à la Sorbonne en juin, et contribuer à plusieurs évènements grands publics dont Saveurs & Savoirs du Monde à Paris en avril et les Nuits […]

  • Alligator

Voyage France-Louisiane 2016

Ardennes to Louisiana

31 décembre, 2015|0 Comments

photo of alligator by Atchafalaya National Heritage Area
photo of New Orleans by Ray Baker

Après le voyage FL/FA très réussi en 2015 «Au fil du Mississippi en Musique», http://france-louisiane-blog.org/voyage-flfachicago-to-new-orleans/ un nouveau voyage France-Louisiane « Des Ardennes à la Louisiane » inspiré des relations entre Jennings (Louisiane) et le village de Baâlons (Ardennes) dont est originaire Eugène Houssière, émigré en Louisiane en 1883 pour faire fortune dans l’or noir.  Claude Dufeux, responsable de la Délégation régionale de FL/FA des Ardennes organise ce voyage original de 11 jours du 5 au 15 octobre 2016.  C’est un voyage remarquable par le contact direct entre voyageurs et les habitants du pays acadien et son périple palpitant  :

Atterrissage à Houston et quelques excursions dont la NASA avant le départ pour Jennings. Originalité du séjour, à Jennings les voyageurs sont reçus dans des familles d’accueil louisianaises grâce au soutien des personnalités dont notamment David Marcantel.  David est connu pour ses nombreuses contributions au développement du français en Louisiane et fait partie de l’Ordre des Francophones d’Amérique de Québec.  En plus de l’accueil en famille, le groupe participera aux célébrations  du 100ème anniversaire de l’Eglise « Our Lady Help of Christian’s Catholic Church ».  Après Jennings, le groupe découvrira les hauts lieux de l’Acadiana que sont Lafayette et St. Martinville.

Le séjour se poursuit avec la découverte d’Avery Island, lieu magique de jardins et de la fabrication du célèbre Tabasco. Avec l’arrivée à Houma, c’est dans « la Venise de l’Amérique » que se poursuit le périple avec excursion dans les bayous et nuit chez l’habitant, puis Thibaudaux avec ses fières […]

  • Bryan_Hymell ph Dario Acosta -5879 resize

Bryan Hymel

Opera’s Rising Star

18 décembre, 2015|0 Comments

photos by Dario Acosta, provided by Warner Music

Une des étoiles montantes du monde de l’opéra, Bryan Hymel (http://bryanhymel.com/) a suivi un parcours exceptionnel qui en fait un artiste très apprécié par le public français.  Enfant, c’est comme trompettiste de jazz que ce natif de la Nouvelle Orléans a été initié à la musique; adolescent il apprend le piano puis sa voix se révèle. Diplômé de Loyola University de la Nouvelle Orléans, il intègre la troupe de l’Opéra de la Nouvelle Orléans, est lauréat de concours vocaux prestigieux aux Etats-Unis. A 20 ans, l’Académie d’Art Vocal de Philadelphie lui ouvre ses portes.

Bryan se découvre assez vite un rapport singulier avec le répertoire français : la tessiture de sa voix aux aigus exceptionnels pour un ténor lui offre une capacité rare d’interprétation des rôles lyriques francophones. En 2012, il remplace dans le rôle d’Enée (Les Troyens – H. Berlioz) deux ténors empêchés au Metropolitan et à Covent Garden et se fait remarquer des mélomanes. Les engagements prestigieux se succèdent avec les rôles les plus difficiles du répertoire français dont le rôle de Don José (Carmen – G. Bizet). Les critiques saluent unanimement sa formidable performance dans ces rôles francophones réputés rudes, la liant souvent à ses origines acadiennes.

Bryan se produit pour la première fois en décembre 2015 à l’Opéra National de Paris où il interprète le Faust de la Damnation (H. Berlioz) à guichet fermé.  En 2016, il sera sur scène avec son épouse Irini Kyriakidou aux Théâtre des Champs-Elysées le 17 février,  à l’Opéra National […]

  • Soleil_couchant_sur_le_Château_de_Versailles,_le_8_septembre_2010

Louis XIV et la Louisiane

Louis XIV and Louisiana

31 octobre, 2015|0 Comments

View of Versailles by Fabrice Lemessier via Wikipedia Commons

La Peinture et la Sculpture présentant le médaillon de Louis XIV, June 1682 by Jacques Prou, Photo © Musée du Louvre/P. Philibert 

Prise de possession de la Louisiane, Jean-Adolphe Bocquin, 1870s. BnF Prints and Photographs Department

L’explorateur français René Robert Cavelier de La Salle a baptisé la Louisiane en l’honneur du roi Louis XIV dont le Château de Versailles célèbre le tricentenaire de la mort tout au long de l’année 2015.  (http://www.chateauversailles-spectacles.fr/spectacles/2015/tricentenaire-louis-xiv-1715-2015

De la Salle, un explorateur et personnage controversé né à Rouen en 1643 a pris possession du territoire pour la France en avril 1682.  Pendant que La Salle descendait le Mississippi pour planter le drapeau du royaume, les travaux de construction battaient leur plein à Versailles.  Le palais, toujours en travaux, s’ouvrit en mai 1682, à peine un mois après l’arrivée de La Salle à l’embouchure du Mississippi.

Louis XIV, lui apporte son soutien pour monter sa 3°expédition afin de s’assurer une meilleure maîtrise de la France sur l’Amérique du Nord. La Salle quitte le port de La Rochelle le 24 juillet 1684 avec le titre de gouverneur de la Louisiane à la tête d’une expédition composée de quatre bateaux et près de 300 colons.

Pour autant,  le palais et le nouveau territoire n’ont pas bénéficié du même niveau d’attention de la part de Louis XIV, ce dernier démontrant un bien plus grand intérêt pour Versailles et les Beaux-Arts.  Ceci n’est pas surprenant, car la nouvelle colonie était un immense territoire, peu peuplé […]

  • 1200px-Ecole_Nationale_Superieure_des_Beaux-Arts

‪Journées du Patrimoine Paris 2015‬‬‬‬‬‬

France Heritage Days

20 septembre, 2015|0 Comments

Ecole Nationale Superieure des Beaux Arts
and Portrait of Madame X, both photos
, via Wikimedia Commons

Chaque année, des millions de personnes en France visitent gratuitement des lieux emblématiques publics ou privés habituellement fermés au public pendant un week-end de septembre.  Ce sont les journées du patrimoine, qui permettent de découvrir la richesse de ces sites et souvent leur mission et leur fonctionnement. En 2014, plus de 12 millions de personnes ont participé à ces journées.

Pour le 32ème édition des Journées du Patrimoine du 19 au 20 septembre, plus de 2.600 visites étaient organisées en France métropolitaine. A Paris des foules enthousiastes et patientes ont pu profiter d’un week-end ensoleillé pour découvrir quelques 400 lieux (http://journeesdupatrimoine.culturecommunication.gouv.fr/).

Délaissant les sites les plus sollicités  comme le Palais de l’Elysée, l’Assemblée nationale ou le Sénat, le public a pu découvrir les coulisses d’endroits moins recherchés tels que le stade Roland Garros, la Maison de la Radio, des hôtels particuliers du Marais, l’Hôtel de ville de Paris et aussi ces ateliers d’art qui entretiennent grâce à leur savoir-faire tous ces lieux chargés d’histoire.

‪Les journées du patrimoine permettent aussi d’explorer des institutions qui rappellent des échanges culturels franco- louisianais comme l’’École nationale supérieure des Beaux-Arts, fondée en 1682.  L’école, située sur un grand espace de plus de deux hectares dans le 6ème arrondissement de Paris, a formé des artistes renommés comme Géricault, Degas, Delacroix, Monet, Renoir et plusieurs américains  dont John Singer Sargent.  Ce dernier s’inscrit aux Beaux-Arts en 1874 à l’âge de 18 ans.  Flânant […]