Ecole Nationale Superieure des Beaux Arts
and Portrait of Madame X, both photos
[Public domain], via Wikimedia Commons

Chaque année, des millions de personnes en France visitent gratuitement des lieux emblématiques publics ou privés habituellement fermés au public pendant un week-end de septembre.  Ce sont les journées du patrimoine, qui permettent de découvrir la richesse de ces sites et souvent leur mission et leur fonctionnement. En 2014, plus de 12 millions de personnes ont participé à ces journées.

Pour le 32ème édition des Journées du Patrimoine du 19 au 20 septembre, plus de 2.600 visites étaient organisées en France métropolitaine. A Paris des foules enthousiastes et patientes ont pu profiter d’un week-end ensoleillé pour découvrir quelques 400 lieux (http://journeesdupatrimoine.culturecommunication.gouv.fr/).

Délaissant les sites les plus sollicités  comme le Palais de l’Elysée, l’Assemblée nationale ou le Sénat, le public a pu découvrir les coulisses d’endroits moins recherchés tels que le stade Roland Garros, la Maison de la Radio, des hôtels particuliers du Marais, l’Hôtel de ville de Paris et aussi ces ateliers d’art qui entretiennent grâce à leur savoir-faire tous ces lieux chargés d’histoire.

John_Singer_Sargent_(American,_Florence_1856–1925_London)_-_Madame_X_(Madame_Pierre_Gautreau)_-_Google_Art_Project

Portrait of Madame X by John Singer Sargent (1856 – 1925)

‪Les journées du patrimoine permettent aussi d’explorer des institutions qui rappellent des échanges culturels franco- louisianais comme l’’École nationale supérieure des Beaux-Arts, fondée en 1682.  L’école, située sur un grand espace de plus de deux hectares dans le 6ème arrondissement de Paris, a formé des artistes renommés comme Géricault, Degas, Delacroix, Monet, Renoir et plusieurs américains  dont John Singer Sargent.  Ce dernier s’inscrit aux Beaux-Arts en 1874 à l’âge de 18 ans.  Flânant dans Le Palais des Etudes de l’école, on peut imaginer le jeune artiste observant de près les moulages d’antiques du musée inauguré cette même année.

Déjà présent au Salon en 1877, Sargent a un début de carrière réussie.  Tout bascule en 1884 quand Sargent présente le Portrait de Madame X au Salon des Beaux-Arts.  C’est le portrait de Madame Virginie Amélie Avegno Gautreau, née à La Nouvelle-Orléans, émigrée avec sa mère à 8 ans à Paris comme de nombreux créoles louisianais à la fin de la Guerre de Sécession.  Considéré trop sensuel, le tableau déclenche un scandale.  Sargent part à Londres pour relancer sa carrière. Madame Gautreau demeure à Paris jusqu’à son décès en 1915.  Sergent considère l’image de la belle Louisianaise comme son meilleur portrait et le garde jusqu’en 1916.  On peut l’admirer actuellement dans la superbe exposition « Sargent : Portraits of Artists and Friends » au Metropolitan Museum of Art à New York (30 juin – 4 octobre 2015).

Every year, on a September week-end, millions of people in France enjoy free visits to interesting private and public sites, many of which are not normally open for visiting.  These « national heritage days » allow people to discover the rich history of these places and how they operate.  In 2014, over 12 million people participated.

In 2015, the 32nd Journées du Patrimoine took place September 19-20 and featured over 2,600 events in continental France.  In Paris large enthusiastic crowds took advantage of a beautiful sunny week-end to make the most of over 400 possible visits. (http://journeesdupatrimoine.culturecommunication.gouv.fr).

Experienced visitors skipped the most popular places such as the Elysée Palace, the National Assembly and the Senate to visit less known sites such as the Roland Garros stadium, the Maison de la Radio, the Paris Town Hall, private mansions of the Marais district and the workshops of craftsmen whose know-how is critical to the maintenance of many historic sites.

The Journées du Patrimoine are also a great opportunity to explore places that evoke France – Louisiana cultural connections like the Fine Arts school l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, (https://www.facebook.com/academiebeauxarts), founded in 1682.  The Beaux-Arts, located in the 6th arrondissement, has trained many famous artists including Géricault, Degas, Delacroix, Monet, Renoir and several Americans including John Singer Sargent.  Sargent enrolled in 1874 at just 18 years of age.  When walking through the Palais des Etudes building, you can just imagine the young artist looking closely at the plaster models of antique sculptures in the museum that was opened the same year he started.

With a work already on show at the 1877 Salon, Sargent had a very successful early career.  Everything changed in 1884 when he presented his Portrait of Madame X at the Salon des Beaux-Arts.  The painting showed Virginie Amélie Avegno Gautreau, a New Orleans-born society beauty who, like many Creoles, had fled Louisiana with her mother at age 8 after the Civil War. Considered too sensual, the painting caused a scandal.  Sargent left for London to rebuild his career. Madame Gautreau stayed in Paris until she died in 1915.  Sargent considered Madame X his best portrait and kept it until 1916.  The painting is currently being shown as part of the superb exhibit « Sargent : Portraits of Artists and Friends » at The Metropolitan Museum of Art, New York (30 June – 4 October 2015).