Les articles récents | Recent posts

  • Civil War and Reconstruction 2

New Orleans 300 years Panorama

Entre l’Enfer et le Paradis

11 novembre, 2017|0 Comments

photos: Robin Reynolds
Seignouret-Brulatour building photo: HNOC

Une œuvre d’art unique et interactive qui célèbre les 300 ans de la Nouvelle-Orléans bientôt exposée à Paris ?  Entretien France-Louisiane avec l’artiste Robin Reynolds.

Qu’est-ce qui vous motive dans la production de ces œuvres panoramiques complexes ?
J’ai toujours beaucoup aimé deux sujets : les gens et les immeubles. Quand ils sont combinés dans un tableau, on doit travailler à la fois à très grande échelle (2m x 1m) et sur les tous petits détails. Heureusement, j’ai la patience qu’il faut pour réussir ce type de travail. Je dessine à l’encre de chine et aquarelle avec mon nez à 10 centimètres de l’œuvre et ne vois pas vraiment l’image que quand je me recule. C’est ce résultat final qui me motive.

Quelles sont vos sources d’inspiration et en quoi vos œuvres sont-elles originales?
Je suis inspiré par la collaboration entre individus et comment elle peut générer des résultats époustouflants – ce que l’on voit dans nos villes. Une ville est le fruit de milliards d’initiatives individuelles.

Pourquoi une œuvre panoramique sur la Nouvelle-Orléans ?
En 2016, j’ai réalisé un tableau sur Londres, une version moderne de l’œuvre de Claes Janz Visscher (1616). Ce projet m’a motivé à considérer d’autres villes dont Istanbul, le Vatican, Sydney et Vancouver. Quelqu’un m’a suggéré la Nouvelle-Orléans mais cela ne me tentait pas : dans mon ignorance je pensais que l’ouragan Katrina avait tout détruit. Une visite en janvier 2016 m’a fait rapidement changer d’avis. Les conseils d’historiens locaux comme Sarah Borealis et les experts du Historic New Orleans Collection (HNOC) m’ont beaucoup aidé. Le HNOC m’a encouragé à faire des liens entre leur collection documentaire et l’œuvre panoramique. En fin du compte, la ville m’a complètement séduit, pleine de couleur et de musique, un peu folle, riche dans son métissage, avec un côté tragique. Son histoire n’est pas faite que de joie et de fêtes.

Qui sera intéressé par l’œuvre et qu’est-ce qu’on va découvrir dans ce panorama ?
J’espère que le tableau plaira à tout le monde, adultes et enfants ; ceux qui connaissent la Nouvelle-Orléans et ceux qui la découvrent pour la première fois. De loin, le visiteur reconnaitra la ville mais idéalement ils s’approcheront pour découvrir les détails et les histoires associées. Pour cela, il y aura un guide en ligne pour l’exposition à la Nouvelle-Orléans.

Mon ambition est que le spectateur abordera l’œuvre “La Nouvelle-Orléans: entre l’Enfer et le Paradis” comme un puzzle. Le tableau contient plus de 100 épisodes et thèmes de la ville depuis sa fondation en 1718. Certains seront très faciles à repérer tels qu’un rassemblement d’esclaves au Congo Square. D’autres nécessiteront plus d’efforts tels que des images humoristiques ou allégoriques.

Pour les parisiens, des lieux (La Salpetrière, l’Eglise Saint-Eustache…) et des personnalités (John Law, Napoléon, Edgar Degas…) font partie des nombreux liens entre Paris et la Nouvelle-Orléans évoqués dans le tableau.

Les spectateurs plus jeunes peuvent participer à des parcours thématiques ou utiliser des indices fournis par un guide pour identifier des épisodes liées […]