Les articles récents | Recent posts

  • Jessica DAS - Street-Parade - Tirage à encres pigmentaires-edited

New Orleans, la Flamboyante

NOLA at the SLOW Galerie

4 juillet, 2017|0 Comments

Découvrez l’expo « New Orleans, la Flamboyante » (28 juin au 05 août, Paris).  Entretien France-Louisiane avec Mme Lamia Magliuli, Directrice SLOW Galerie, Paris.  Vernissage le mardi 18 juillet à partir de 18h30. 

Pourriez-vous nous présenter la SLOW galerie ?
La SLOW Galerie est née en février 2014, elle est dédiée aux Arts Graphiques et à l’Illustration et travaille avec une centaine d’artistes, souvent fraichement sortis de leurs études et qui sont à mon sens la relève artistique dans ce domaine. Ils sont pratiquement tous illustrateurs pour la presse, l’édition ou divers projets de communication visuelle, quelques fois professeurs dans des écoles d’art.

Pourquoi avez-vous choisi la Nouvelle-Orléans?
Le sujet de La Nouvelle-Orléans a été à l’initiative du Champs-Elysées Film Festival avec lequel la SLOW Galerie a été partenaire en 2016 et 2017. Le projet de construire une exposition collective avec nos artistes sur le thème de cette ville, nous a été confié par l’équipe du Festival. L’exposition fait découvrir cette ville et donne l’envie d’y voyager, ce qui me semble être un très bel hommage que nous sommes fiers d’exposer.

Comment les artistes ont-ils été sélectionnés?
L’appel à participation pour cette exposition collective a été lancé auprès de tous les artistes de la SLOW Galerie. Chaque artiste a un style et une sensibilité bien définis, avec une identité graphique marquée et personnelle, et ce, quelque-soit sa technique de travail: digigraphie, collage, sérigraphie, gravure…l’idée étant que chacun ait une place bien identifiée à la galerie.

Quelles sont les particularités de cette exposition ?
Cette exposition est aussi riche et intense que son sujet : La Nouvelle-Orléans est une ville flamboyante aux facettes multiples, à l’histoire mouvementée et parfois douloureuse, infiniment riche culturellement, mystérieuse, festive… autant de sujets d’inspiration irrésistible pour les 48 artistes participants qui ont illustré le Jazz, le Carnaval, le Bayou, Katrina, le Voodoo, mais aussi dans des sujets plus inattendus comme la Série Treme ou les Caramel Curves.

Cette exposition est exceptionnelle aussi par la diversité des techniques utilisées : aucune contrainte n’a été imposée excepté le format de l’œuvre limité au format A3, paysage ou portrait (30 x 42 cm), et présente à la fois des gravures, des peintures, des collages et un même un Indien pop-up (par Mathilde Bourgon).

Pourriez-vous nous parler plus en détail de quelques œuvres et artistes ?
« Les Cendres sacrées » de LAHO :  LAHO est une jeune illustratrice au style graphique surréaliste, très inspiré par les mythes et les créatures étranges. Les couleurs explosent, les formes fondent ou surgissent, les mystères ou les secrets l’inspirent. Pour l’exposition c’est l’histoire même de La Nouvelle-Orléans qui a nourri son dessin : « J’ai de la Nouvelle Orléans l’image d’une ville forte et puissante. Face aux ravages qui l’ont touchée : esclavage et colonisation, mais aussi bouleversements climatiques, le territoire résiste. Il se (re)construit dignement, presque par magie, dans une atmosphère mystique.

« Laisser le bon temps rouler » de Lucille CLERC : Lucille est une eau-vive, une artiste qui dessine sans cesse, des vues architecturales admirables, des planches de botaniques fantasmagoriques, des portraits magnifiques. Sérigraphe virtuose, son dessin est précis, fourmille de […]